Béton Ciré - A propos

Béton Ciré

Quelques vagues sur le bitume. Voilà ce qu’imaginait Amélie Le Roux en 2013 en créant Béton Ciré.

La marque puise son inspiration de la ville, la mer et le voyage, et entend orner la tête des pirates urbains du monde entier en revisitant le Miki, authentique chapeau de marin breton.

C’est de son grand père de Quimper, qui le portait par tous les temps, à la ville comme à la mer, que cette idée est venue à Amélie.

Le miki devient alors la pièce iconique de cette jeune marque basée à Paris.

À mi-chemin entre un bonnet et une casquette, sans visière pour éviter les coups de vents, les oreilles libres pour être attentif au bruit des vagues. 

Le Miki Béton Ciré évolue, devient unisexe, intemporel.

Produit haut de gamme , il est fabriqué en France par des artisans chapeliers dans des matières nobles et authentiques.

Depuis quelques saisons Béton Ciré propose de nouvelles formes de chapeau et bonnet avec la volonté de s’inscrire comme une référence incontournable parmi les marques de headwear.

Béton Ciré - fabrication

Pourquoi Béton Ciré ?

Le Béton fait référence à la culture street et urbaine dont la créatrice utilise les codes pour ses collections, le Ciré est un vrai clin d'oeil à la Bretagne avec ces cirés jaune des marins.

 

 

La fabrication 

Soucieux de la qualité et de l’authenticité, Béton Ciré a choisi une usine située dans le sud de la France pour faire confectionner ses chapeaux par de véritables artisans chapeliers.

Quelques étapes clés de la fabrication de vos chapeaux par nos expertes !

Béton Ciré

Béton Ciré

  • La conception de la collection
    La conception de la nouvelle collection commence par un moodboard avec toutes les images qui vont influencer les thèmes de la saison.
    La conception de la collection se poursuit par la recherche de matières qui reflèteront ces inspirations.

  • Les premiers échantillons
    La confection du Miki commence par son patronage, la mise au point avec une toile qui va donner un premier échantillon. Plusieurs essais et plusieurs réajustements seront nécessaires avant la validation de l’échantillon qui lancera la tête de série.

  • La coupe
    La couturière va couper les 6 pans de tissu qui vont constituer le Miki en enfilant des gants en cotte de mailles. La coupe peut se faire de deux façons, aux ciseaux ou à la machine.

  • L’assemblage
    L’assemblage  du Miki est pratiqué par des ouvrières spécialisées qui, à force de répéter le geste, sont d’une rapidité impressionnante.

  • La pose de la patte en cuir et la broderie du logo
    Une fois le Miki en forme, la patte en cuir est cousue à l’arrière. Le logo des deux rames a été au préalable brodé sur l’ourlet avant l’assemblage entre le calot et celui ci.

  • Le bichonnage
    Le bichonnage est la dernière étape de la confection, et la plus importante. Une seule personne, Antoine, détient ce savoir faire au sein de l’usine, chaque Miki passe entre ses mains expertes. C’est Antoine qui le manipule une dernière fois pour que la forme ronde soit parfaite. Le bichonnage permet au Miki de tenir sa forme très longtemps.

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visite. OK
Top